Mardi, nous avons fait le déplacement à Paris pour assister au premier Salon cross-média publishing : au programme, gestion multi-canal des documents, publication automatisée, communication multi-support, livre numérique et innovant !

Beaucoup de choses intéressantes dans ces domaines innovants de la communication et du média. Nous avons rencontré de nombreux confrères qui , comme nous, ont fait le pari de l’impression numérique à la demande et de la personnalisation d’imprimés.

Un voyage intéressant à tout point de vue !

 

 

 

 

Un brin de nostalgie…

Une petite odeur de nostalgie flotte dans l’air lorsqu’on tourne les pages du grand cahier…  c’est émouvant et intéressant de découvrir ces documents, qui témoignent de la longue tradition de l’impression dans la famille Gasser.

Au dessous, le grand cahier contenant la liste des ouvriers, qui débute en 1946 sous le nom de l’Imprimerie Gasser, tenu à jour jusqu’en 2008.

A gauche, des documents administratifs et comptables des années 1950, ou l’on apprend que le salaire d’un ouvrier qualifié était de 75 fr la semaine.

A droite un magazine, relatant l’obtention du diplome SEGRA par Louis-Georges Gasser, en 1984, et un calepin (date inconnue) avec le logo de l’époque.

Aujourd’hui, l’entreprise imprime toujours, mais sur les machines les plus innovantes de notre époque !

Data… quoi ?

Pour initier une série de billets sur la donnée, une petite recherche basique s’est imposée…

Mot symptomatique de l’ère internet, la donnée (ou les données) est annoncée comme le nouvel or noir. Mais que cache réellement ce mot ? D’après le Petit Robert (eh oui, un bon vieux dictionnaire papier) :

Donnée : n.f. – 1755 – de donner – 2. ce qui est admis, connu, et qui sert de base à un raisonnement, de point de départ pour une recherche. > élément, matériau. Données statistiques, manquer de données. > élément, renseignement. « Pour traiter l’ensemble du problème, nous devons le plus possible partir de données exactes » ROMAINS. – INFORM. Représentation conventionnelle d’une information (fait, notion, ordre d’exécution) sous une forme (analogique ou digitale) permettant d’en faire le traitement automatique.

Comme le prouve cette définition, la donnée n’est pas nouvelle. La preuve, mon dictionnaire, qui par son classement alphabétique et ses codes pour classer les définitions, définir le sens ou le genre d’un mot, utilise des chiffres ou des abréviations est une belle de compilation de données !

Depuis longtemps déjà les hommes ont cherché à classer et traiter les informations, de manière à trouver facilement celle qu’il faut au moment voulu.

Internet a permis de se libérer de ces méthodes de classification. Pour trouver une définition, il suffit de chercher un mot, et une foule de propositions se présente. On peut facilement voir la définition d’un synonyme, ou trouver des images en relation. Tout cela est possible grâce à l’enrichissement des données par des mots-clés.

Les données sont organisées en bases de données, libres ou non… Il y a les données de toutes sortes : des statistiques ou des données personnelles, plus sensibles, des données informatiques, etc.

Dans les prochains billets, on passera en revue l’open data, le data journalisme, la data visualisation, etc.

 

Une interview de Lucien Willemin

La vente de nouveaux véhicules a baissé en 2013, en Suisse moins que dans le reste de l’Europe. Les raisons sont économiques, la crise ne permet plus au gens d’acheter une nouvelle voiture. Une bonne nouvelle aux yeux de Lucien Willemin qui, dans son ouvrage En voiture Simone !, explique qu’utiliser une vieille voiture est plus écologique que d’en acheter une nouvelle… En effet, l’énergie grise contenue dans une nouvelle voiture dépasse largement le gain fait au niveau de la consommation d’essence et du rejet de CO2 !

Pour lui, cette baisse des ventes est une bonne nouvelle pour l’environnement !

Pour lire l’interview de Lucien Willemin :

La voiture de demain ? Ma vieille voiture ! / Richard Etienne, in Tribune de Genève du 14 janvier 2013

La voiture de demain ? Ma vieille voiture ! / Richard Etienne, in 24 Heures du 14 janvier 2013

En voiture Simone ! Comprendre l’énergie grise, de Lucien Willemin – Editions G d’Encre – avril 2013 – (ISBN 978-2-940501-22-09)

 

 

Le stop-motion est à la mode, et grâce à l’essor des appareils photos numériques et de petits logiciels gratuits, il envahit le web. Le concept, proche de celui du dessin animé, est aussi appelé animation image par image. Dans un décor statique, seuls quelques éléments bougent. A chaque mouvement, on immortalise la scène. Si l’on projette le film à une vitesse normale, la scène semble animée.

Cette technique nécessite beaucoup de patience et de persévérance pour pouvoir monter quelques secondes de film, mais l’effet peut être saisissant ! D’abord utilisée au cinéma, pour des films d’animation comme Wallace et Gromit, elle est maintenant à la portée de tout un chacun grâce à la photo numérique.

On voit donc fleurir de nombreux courts-métrages sur internet ou des gifs animés. Certains sont de véritables chef-d’œuvres de poésie et d’imagination, comme les vidéos de l’artiste italien BLU, qui crée une histoire sur des murs délabrés.

MUTO a wall-painted animation by BLU from blu on Vimeo.

D’autres utilisent cette technique pour présenter des petits tutoriels de manière plus sympa qu’avec une vidéo traditionnelle. En voici une qui met l’eau à la bouche :

Pour faire des stop-motions, on trouve une foule de tutoriels : voici celui pour faire un « foodanimé« . Et ici , une liste de logiciels gratuits pour débuter !

Et encore une magnifique performance, créée par l’HESAV (Haute école de santé Vaud) qui a fait le tour du monde

Et voici une petite production maison, à l’occasion de la nouvelle année !