Les leviers de croissance - epub

« Les leviers de croissance à l’ère numérique » de Xavier Comtesse vient de sortir en version électronique EPUB. Cette adaptation particulièrement réussie nous a donné envie de vous en dire plus sur les défis relevés. Car le diable se cache toujours dans les détails !

Simplifier… sans dénaturer. Puis connecter.

Tout le processus de création d’un EPUB tient en ces quelques mots. En effet, la version papier des « Leviers de croissance », également réalisée par Gasser Media, résulte d’un travail conséquent de conception graphique puis de mise en page. Le but pour la version électronique : respecter ce graphisme très abouti tout en le rendant lisible, compatible et interactif !

Car un bon livre électronique…

  • Interprète l’esprit graphique du livre imprimé dans une version digitale
  • Se lit sur plusieurs interfaces
  • S’adapte à leur affichage et à leurs fonctionnalités (également en termes de quantité de texte affiché et de numérotation de pages)
  • Propose bien sûr une table des matières interactive – adaptée à toutes les versions
  • En mode connecté, favorise l’interactivité
  • Propose la modification des polices et de leurs tailles sans nuire à la mise en page

Cela peut paraître simple, mais requiert en réalité une grande rigueur. Si, comme Ysaline, qui a réalisé le projet pour Gasser Media, vous prenez les choses au sérieux dès le départ, cela représente ensuite un gain de temps important. Les mises à jour seront beaucoup plus rapides à effectuer, et vous profiterez ainsi d’un atout important du monde digital : l’évolution facilitée des contenus.

Tout cela commence donc par une optimisation du fichier de base InDesign – y compris le traitement de la microtypographie ou encore des styles de paragraphes et de caractères. Ce travail de fourmi est essentiel car il rend l’automatisation plus efficace lors de la conversion en EPUB.

Atelier « repassage »

Une fois le fichier exporté au format EPUB, la chasse aux « overrides » peut commencer. C’est-à-dire que tout le code doit être contrôlé – pour ôter les reliquats non désirés, puis recoder si nécessaire. Cette étape permet aussi l’ajout de nombreux petits tours de passe-passe profitables au lecteur, avec ensuite une expérience réellement « augmentée ».

Pour exemple, dans « Les leviers de croissance », les notes de bas de page sont affichées sous forme de pop-up, ou encore tous les mots sont connectés à la recherche wikipedia. La richesse du monde digital est vaste et bouge vite, très vite !

« Mais parfois, il faut savoir renoncer à certaines fonctionnalités pour que la publication reste parfaitement lisible sur tout support » précise Ysaline. « Pour cette publication j’ai pu respecter les aspects graphiques majeurs du livre imprimé – tout en assurant la compatibilité et en profitant de l’aspect dynamique du format électronique. Le résultat est qualitatif et fiable ! »

Envie d’en voir plus ? « Les leviers de croissance à l’ère numérique », ainsi qu’un extrait gratuit, sont disponibles sur iTunes :

Version papier, éditée aux Editions G d’Encre

 

Il n’est pas toujours facile d’avoir une vue d’ensemble pour des informations statistiques… Mais depuis quelques années, on voit fleurir des infographies beaucoup plus sympas et attrayantes sur le web et dans la presse ! La data visualization est à la mode et sert aussi aujourd’hui à mettre en lien des informations qui ne sont pas toujours des données statistiques.

De beaux schémas apportent clairement un plus !  David McCandless, data journaliste et designer de l’information, met tout son savoir-faire à créer de beaux visuels pour des ensembles de données complexes… Ces nouveaux outils visuels sont très utilisé par les journalistes, les entreprises pour mettre apporter un autre point de vue.

 

Quelques beaux exemples de data visualization :

Taking the battle to the States / by HAEYOUN PARK, JEREMY ASHKENAS and MIKE BOSTOCK

 

 

Spacial awareness : Who’s been where in the solar system / David McCandless, pour BBC Future

 

Pour terminer, une vidéo qui date un peu du fameux David McCandless, au TEDGlobal 2010 (L’occasion de mettre aussi en avant les TED Talks qui sont une source incroyable d’inspiration), sous-titrée en français !


 

Les données ouvertes

Il n’y a pas que la St-Valentin au mois de février ! Il y a aussi la journée internationale de l’open data, qui se déroulera le 22 février.

Les données ouvertes (open data), de quoi s’agit-il ?

On parle ici de données numériques, issues essentiellement d’organismes publics ou privés, qui sont mises à disposition du public en libre accès et sans restriction technique. Le mouvement pour l ‘ouverture des données existe depuis le début des années 2000.  Le terme « ouverture des données » est utilisé à la fois pour parler de ce mouvement qui considère l’information publique comme un bien commun dont la diffusion est d’intérêt public et général, mais il recouvre aussi une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables, donc dans des formats interopérables et pérennes.

De nombreux gouvernements ont ainsi commencé d’ouvrir leurs données et créer des sites pour les mettre à disposition des développeurs. Depuis le 16 septembre 2013, la Confédération propose un portail pilote Données ouvertes de l’administration publique suisse, avec des jeux de données issues de l’office fédéral de la statistiques, de swisstopo, de météosuisse, du canton de Zurich et d’autres organismes de la Confédération. Cette ouverture est assez tardive, alors que de nombreux pays européens ont déjà mis sur pied une politique des données ouvertes. Le canton de Zurich se prête aussi au jeu, et à l’automne passé, les TPG ont ouvert leurs données et lancé un concours pour développer des applications utilisant leurs données.

Grâce à cette mise à disposition des données, on peut maintenant voir fleurir des projets de visualisation ou d’exploitation de celles-ci, à travers des applications ou des sites web. Le site make.opendata.ch répertorie ces projets, comme celui-ci qui permet de voir la charge des lignes de train en fonction de l’horaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article du Temps répertorie des applications suisses qui utilisent les données ouvertes pour proposer des services ou des renseignements, comme la localisation des hôpitaux ou des meilleurs parcs publics pour siester à Genève (in L’Open Data réinvente le marché des applications mobiles). L’utilisation de ces données n’a pas de limite !

 

 

Mardi, nous avons fait le déplacement à Paris pour assister au premier Salon cross-média publishing : au programme, gestion multi-canal des documents, publication automatisée, communication multi-support, livre numérique et innovant !

Beaucoup de choses intéressantes dans ces domaines innovants de la communication et du média. Nous avons rencontré de nombreux confrères qui , comme nous, ont fait le pari de l’impression numérique à la demande et de la personnalisation d’imprimés.

Un voyage intéressant à tout point de vue !

 

 

 

 

Data… quoi ?

Pour initier une série de billets sur la donnée, une petite recherche basique s’est imposée…

Mot symptomatique de l’ère internet, la donnée (ou les données) est annoncée comme le nouvel or noir. Mais que cache réellement ce mot ? D’après le Petit Robert (eh oui, un bon vieux dictionnaire papier) :

Donnée : n.f. – 1755 – de donner – 2. ce qui est admis, connu, et qui sert de base à un raisonnement, de point de départ pour une recherche. > élément, matériau. Données statistiques, manquer de données. > élément, renseignement. « Pour traiter l’ensemble du problème, nous devons le plus possible partir de données exactes » ROMAINS. – INFORM. Représentation conventionnelle d’une information (fait, notion, ordre d’exécution) sous une forme (analogique ou digitale) permettant d’en faire le traitement automatique.

Comme le prouve cette définition, la donnée n’est pas nouvelle. La preuve, mon dictionnaire, qui par son classement alphabétique et ses codes pour classer les définitions, définir le sens ou le genre d’un mot, utilise des chiffres ou des abréviations est une belle de compilation de données !

Depuis longtemps déjà les hommes ont cherché à classer et traiter les informations, de manière à trouver facilement celle qu’il faut au moment voulu.

Internet a permis de se libérer de ces méthodes de classification. Pour trouver une définition, il suffit de chercher un mot, et une foule de propositions se présente. On peut facilement voir la définition d’un synonyme, ou trouver des images en relation. Tout cela est possible grâce à l’enrichissement des données par des mots-clés.

Les données sont organisées en bases de données, libres ou non… Il y a les données de toutes sortes : des statistiques ou des données personnelles, plus sensibles, des données informatiques, etc.

Dans les prochains billets, on passera en revue l’open data, le data journalisme, la data visualisation, etc.