Les données ouvertes

Il n’y a pas que la St-Valentin au mois de février ! Il y a aussi la journée internationale de l’open data, qui se déroulera le 22 février.

Les données ouvertes (open data), de quoi s’agit-il ?

On parle ici de données numériques, issues essentiellement d’organismes publics ou privés, qui sont mises à disposition du public en libre accès et sans restriction technique. Le mouvement pour l ‘ouverture des données existe depuis le début des années 2000.  Le terme « ouverture des données » est utilisé à la fois pour parler de ce mouvement qui considère l’information publique comme un bien commun dont la diffusion est d’intérêt public et général, mais il recouvre aussi une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables, donc dans des formats interopérables et pérennes.

De nombreux gouvernements ont ainsi commencé d’ouvrir leurs données et créer des sites pour les mettre à disposition des développeurs. Depuis le 16 septembre 2013, la Confédération propose un portail pilote Données ouvertes de l’administration publique suisse, avec des jeux de données issues de l’office fédéral de la statistiques, de swisstopo, de météosuisse, du canton de Zurich et d’autres organismes de la Confédération. Cette ouverture est assez tardive, alors que de nombreux pays européens ont déjà mis sur pied une politique des données ouvertes. Le canton de Zurich se prête aussi au jeu, et à l’automne passé, les TPG ont ouvert leurs données et lancé un concours pour développer des applications utilisant leurs données.

Grâce à cette mise à disposition des données, on peut maintenant voir fleurir des projets de visualisation ou d’exploitation de celles-ci, à travers des applications ou des sites web. Le site make.opendata.ch répertorie ces projets, comme celui-ci qui permet de voir la charge des lignes de train en fonction de l’horaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article du Temps répertorie des applications suisses qui utilisent les données ouvertes pour proposer des services ou des renseignements, comme la localisation des hôpitaux ou des meilleurs parcs publics pour siester à Genève (in L’Open Data réinvente le marché des applications mobiles). L’utilisation de ces données n’a pas de limite !

 

Swiss Art To Go dans le temps

L’application Swiss Art To Go, conçue et réalisée par Gasser Media fait parler d’elle ! Pour les amateurs d’architecture, mais aussi pour tous les curieux, avides de découvertes inattendues : cette application est faite pour vous. Elle vous permet en effet de découvrir quels sites ou bâtiments ayant une valeur patrimoniale se trouvent dans votre périmètre.

A lire :

Swiss Art To Go, Les mystères du patrimoine en flânant, GS, Le Temps du 6 novembre 2013

Application disponible pour : iPhone, Android et Windows Phone.

Lorsque les 5 volumes du Guide artistique de la Suisse  tiennent dans le creux de votre main : c’est la dernière prouesse réalisée par la société locloise Gasser Media – imprimeur – mais pas seulement !
Sur une mandat de la Société d’histoire de l’art en Suisse, Gasser Media a réalisé une application mobile pour mettre en valeur les données contenues dans le Guide artistique de la Suisse.

Pour lire l’article de Daniel Droz, L’histoire de l’art sur un téléphone in L’Impartial / L’express du 24.10.13

Plus d’info sur Swiss art to go : www.satg.ch

Cette application exploite une idée originale vieille de huit ans déjà :  créer une application interactive pour mettre en valeur le patrimoine bâti et historique des villes. Mais les développements technologiques n’étaient pas encore assez avancés et les données nécessaires pas disponibles.

Il y a deux ans La Société d’Histoire de l’art en Suisse nous a permis de remettre le travail sur le métier, en cherchant un moyen de mettre en valeur les données accumulées dans les 4500 pages du Guide artistique de la Suisse.

Après une année de développement du concept et de l’idée originale, le traitement des données du Guide artistique de la Suisse a accaparé l’équipe de Gasser Media, en collaboration avec n3xd : extraction des données, enrichissement de celles-ci avec des méta-informations : coordonnées GPS,  « époques » et « styles », images. En tout, l’application donne des informations sur plus de 35’000 objets à travers la Suisse.

Gasser Media a aussi créé le graphisme de l’application et du site internet www.satg.ch, le tout en trois langues (français, italien et allemand) et pour trois types de plateformes mobiles : iPhone, Android et Windows Phone.

Cette application propose plus de 35’000 notices sur l’architecture suisse. Grâce à son « radar » (basé sur la boussole, la géolocalisation et la caméra de vos smartphones), elle détecte tous les bâtiments référencés dans les 150 mètres.

Une carte permet d’avoir une vue d’ensemble des bâtiments dans une ville  ou un lieu. L’application propose aussi un itinéraire, avec une sélection des bâtiments les plus proches, en fonction de vos intérêts : vous pouvez choisir l’époque, le style et bien d’autres choses.

 

 

 

 

 

 

 

 

T-Touch Expert Pinball

T-Touch Expert Pinball

L’application T-Touch Expert Pinball est une application développée par Gasser & Gasser pour Tissot. Elle permet de gagner une montre T-Touch. Pour cela il suffit de gagner un maximum de points pour passer les niveaux et d’inscrire son score. De plus elle vous fera découvrir la montre multi-fonction T-Touch.

Cette application a été réalisée en collaboration avec Gencode expert en développement d’application et de jeux (serious game) en 3D.

Disponible sur l’App Store et l’Androïd Market.

Pour visualiser le score des trois meilleures joueurs veuillez visiter:
http://www.tissot.ch/?mod_specials65/