Au bonheur des enfoirés

Dans carnets de JLK du 10.04.2012

J’ai choisi de publier cette anecdote pour qu’il en reste une autre trace écrite que le courriel énervé de mon éditeur. Quelques jours plus tard, nous nous sommes retrouvés au Locle chez l’imprimeur Louis–Georges Gasser, le type même du maître-artisan comme je les aime, et c’est en toute tranquillité que nous avons procédé ensemble, avec l’aide d’une jeune vestale de la Typo au prénom d’Ingrid, aux dernières corrections de mes Chemins de traverse.  Or je me réjouis de sa parution comme de celle de mon premier livre. La superbe lettre-postface de Jean Ziegler, excessivement louangeuse à mon goût mais généreuse et sincère, ajoute à notre bonheur partagé d’enfoirés convaincus de vivre ensemble une belle aventure. Et ce n’est pas tout : le deuxième livre de Quentin Mouron, meilleur encore que le premier, paraîtra en août prochain. Son titre est Notre-Dame-de-la-Merci. C’est un bref roman de poète réaliste au verbe merveilleusement ajusté et à l’empathie humaine sans faille, comme d’un fiston de Tchekhov ou de Raymond Carver. Et c’est ainsi que le kangourou rebondit !

http://carnetsdejlk.hautetfort.com/archive/2012/04/10/au-bonheur-des-enfoires.html

 

World Wide Web

photo credit: Bull3t

Les agences de communication sont en pleine évolution depuis plusieurs années. Avec l’arrivée du Web, les agences « traditionnelles » ont dû se mettre à niveau pour rester compétitives et créatives sur un nouveau média. La plupart des agences ont bien réussi à passer le cap. Le seul problème, c’est que leur travail est souvent dénaturé par les contraintes du web, bien différentes des contraintes du print.

Voici quelques-unes des différences fondamentales entre le monde du web et le monde de l’imprimé.

(suite…)

Post-it

Un travail dingue!
ça vaut le détour.

Bravo les artistes!