Le 5 septembre 2013

Le service militaire pèse sur l’économie, selon le Groupe pour une Suisse sans armée – rts.ch – vidéo – info – 19:30 le journal

Je me permets de préciser mes propos car la durée du reportage ne m’a pas permis de transmettre l’intégralité de ma pensée. Il me paraît clair que l’armée reste aujourd’hui plus que jamais indispensable. Mais je pense que ses missions et son modèle doivent être redéfinis. Il est certain par exemple que la sécurité – intérieure, extérieure – les menaces terroristes et cyber-attaques potentielles ainsi que les risques de catastrophes naturelles doivent être anticipées et l’armée me semble la mieux placée pour remplir cette fonction.

Mais je me laisse aller à penser que l’école de recrue telle que qu’elle est conçue aujourd’hui fait perdre du temps alors qu’il y a mieux à faire vu les défis qui se profilent à l’avenir… Et celle-ci ne contribue plus non plus à développer certaines compétences utiles dans un environnement professionnel actuel.

En effet, en tant que chef d’entreprise, nous devons aujourd’hui surmonter des problématiques complexes (mondialisation, dématérialisation, nouvelle économie, Internet, etc.). Je crois que seule l’intelligence collective  permet de les surmonter. Il faut certes un pilote dans l’avion mais grâce au travail de groupe, à la contribution par la différence, le partage et l’ouverture d’esprit, nous arrivons à enrichir le débat et à nourrir la créativité. L’exigence de performance du 21ème siècle force à l’innovation. Par la co-création nous arrivons à trouver des solutions performantes et humaines. J’attends de mes collaborateurs non pas qu’ils obéissent mais, tout en respectant les processus, qu’ils contribuent par leur esprit d’initiative à atteindre l’excellence dans leur travail quotidien. L’abrutissement collectif ne les aide pas…

Comme soulevé dans le reportage je pense qu’un service civil ou militaire obligatoire pour chacun contribue au bien commun. Ces expériences – collectives, individuelles, solidaires ou spirituelles – ne peuvent qu’enrichir notre société post-moderne.

Pourquoi ne pas offrir aux entrepreneurs une plateforme de mise à disposition de ressources humaines pour « servir » la patrie lors de périodes creuses ponctuelles de manière cadrée ?

Raphael Gasser

 

Brochure Energissima Energies renouvelables et Smart Grids

Couverture Energies renouvelables et Smart Grids

Accélérer leur mise en oeuvre pour garantir l’électricité, courant vital pour notre société

Energissima est le salon suisse des technologies propres. L’édition 2011 a eu lieu à Fribourg du 13 au 16 avril 2011. Lors d’une réflexion collective selon la méthode du « World Café », les participants ont été conviés à explorer la transition depuis notre économie d’aujourd’hui, dominée par les énergies nucléaire et fossiles, vers une économie « Cleantech ». Annoncé avant la catastrophe de Fukushima, le contexte nouveau a facilité l’adhésion de tous, et même des esprits plus réservés en la matière, pour exprimer leur détermination à aller de l’avant et à s’engager personnellement dans cette voie. Ainsi que la Prof.

Sylvie Villa, responsable du domaine Ingénierie et Architecture de la HES-SO, l’a dit dans son allocution d’ouverture, les smart grids vont aider à gérer la transition vers une économie post-nucléaire pleine de promesses réalistes.

On trouvera dans ce document l’allocution d’ouverture ainsi qu’une synthèse des interventions et dis cus sions de cette rencontre en présence de 42 participants en plus des auteurs de ce rapport. Des pistes de réflexions décrites ainsi que les moyens à mettre en oeuvre pour assurer une production d’électricité renouvelable en majeure partie en 2030.

Télécharger la brochure au format PDF

Energies renouvelables et Smart Grids

Avec l’Imprimerie Gasser, nous avons trouvé un partenaire qui joint les actes à la parole: dans le choix du label «  Impression climatiquement neutre  », l’Imprimerie Gasser s’est engagée sur le chemin le plus exigeant, celui d’une optimisation de tous les processus de production. Elle a investi de manière substantielle dans le bâtiment, la formation, l’outil de production, les moyens de transport afin de réduire ses besoins de chauffage, d’électricité et de minimiser ses consommations de matières, d’énergie et leurs impacts environnementaux.

Par ses achats responsables de papier certifié, elle soutient une économie forestière respectueuse de l’environnement, supportable du point de vue social et économique. Cette démarche tranche très nettement, avec le chemin de facilité choisi par le plus grand nombre des entreprises de la branche, qui se contentent d’acheter des certificats de compensation aux frais de leurs clients, sans modifier leur propre fonctionnement.

L’imprimerie Gasser a choisi de réduire ses émissions de CO2 et c’est seulement les émissions résiduelles incompressibles qu’elle compense par l’achat de certificats. Ceux qui traitent d’enjeux écologiques et énergétiques, notamment lors d’évènements comme Energissima, sont souvent interpellés par la question «Et vous, que faites-vous concrètement, comment êtes-vous venus … n’aurait-on pas fait mieux de commencer par économiser votre transport ou cette brochure ? » Bien ou mal intentionnée, la question mérite une réponse, elle appelle à l’action.
Ainsi les auteurs de cette brochure y répondent avec le choix d’une imprimerie qui a toutes les cartes en règle, qui anticipe sur le futur tant par sa rigueur gestionnaire au niveau de l’énergie et des polluants résiduels, que par sa force visionnaire dans sa mission «d’agent de changement » pour le passage de la société de l’information à la société de la connaissance.

Cette dernière sélectionne les informations en leur attribuant un sens et les intègre dans un réseau; c’est un chapitre en soi, que l’on ne développera pas ici. Il convient cependant de condamner le gâchis quotidien de ressources causé par la production et la distribution sur papier de beaucoup d’informations à cycle de vie très court alors que d’autres informations écrites, comme par exemple des livres de valeur, ne sont plus à disposition, car aucun éditeur ne veut prendre le risque de les rééditer. Signalons que si l’effort intellectuel et d’investissement est conséquent, les entreprises de la branche qui ont fait cette démarche, produisent à meilleur compte, aussi du point de vue économique. C’est pour cela que l’Imprimerie Gasser a été honorée en 2008 du Prix PRIDE, décerné par le Département de 
l’économie du canton de Neuchâtel. Mais le bouillant entrepreneur ne s’arrête pas là. « Une feuille de papier n’est rien d’autre version primitive d’un écran ! », dit-il, pour lancer ses 
idées sur la transition durable vers la société de la connaissance. La réimpression de livres sur demande et leur distribution, même en très petit nombre, fait partie du programme de développement de l’entreprise, comme la diffusion d’idées utiles par des canaux multiples comme les nouveaux médias. Les idées véhiculées par cette brochure sont le résultat d’un processus d’intelligence collective dont les auteurs ne sont que les porte-parole. C’est pour
cela qu’elles méritent aussi une diffusion « smart ». Ceci explique le choix de l’Imprimerie Gasser comme partenaire.

Fruct’osez

Image 1

La livraison de paniers de fruits aux entreprises neuchâteloise!

Le projet Fruct’osez est né de la collaboration de trois entrepreneurs neuchâtelois (Michel Perrin, Jean-Michel Brunner, Raphael Gasser) réunis par le hasard et leurs convictions au sein du comité de l’Association Job Service. Ils ont décidé d’apporter leur contribution aux objectifs de l’Association en mettant sur pied un le projet Fruct’osez.

Osez croire en un modèle économiquement rentable basé sur la réinsertion.
Osez
promouvoir l’équilibre alimentaire comme bonne pratique à forte valeur éthique.
Osez penser que le développement durable et l’économie régionale sont complémentaires.

Investir et innover afin de créer des emplois et participer à l’émergence d’un nouveau type de consommation, alliant respect de l’environnement et des individus, telle est notre ambition.

FructosezImpartial_13-04-2010

Visionnez la vidéo de CanalAlpha