Un immense merci à PME Magazine qui a sélectionné Gasser Media pour figurer dans son édition consacrée aux entreprises innovantes de la région neuchâteloise!

Cliquez sur l’image pour voir le portrait de PME Magazine, et lisez  ci-dessous ce qui fait de Gasser Media une entreprise familiale, innovante de génération en génération!

Certains se rappellent peut-être des débuts de Gasser Media, initiés en 1947, au Locle, lorsque Georges Gasser reprend l’imprimerie qui l’a formé comme typographe. En 2001, l’histoire d’innovation familiale continue, et c’est Louis-Georges, le père, qui met sur pied une maison d’édition, G d’Encre. Outre des compétences en impression, Gasser  Media acquiert ainsi la maîtrise qualitative des contenus. Depuis 2004, Raphael Gasser, le fils et actuel directeur, qui déclenche un nouveau virage en direction des technologies digitales. Gasser Media offre ainsi une expertise globale, et assure la conception, la réalisation et la diffusion de toute publication,  imprimée ou digitale. L’entreprise développe des sites web, des applications mobiles, des systèmes de gestion de bases de données et a également mis en place la commande en ligne de papeterie d’entreprise, d’une grande simplicité d’utilisation et pour des tarifs concurrentiels.

 

PME février 2016

chaussure rouge

La Consigne Énergie-grise, développée dans « Fonce Alphonse! », fait son chemin jusqu’au Conseil fédéral!

14 sénateurs, dont le conseiller aux Etats Didier Berberat (PS/NE), ont déposé un postulat au Conseil Fédéral le 18 décembre dernier, pour demander d’étudier l’instauration d’une Consigne Énergie-grise (CEG).

La CEG permet de réduire : le gaspillage des ressources naturelles, les émissions de CO2 et le rejet de substances toxiques dans la nature … tout en créant de l’emploi de proximité !

Retrouvez tous les détails sur la CEG proposée par Lucien Willemin dans le petit livre « Fonce Alphonse! » publié aux Editions G d’Encre.

Marque de son engagement, Lucien Willemin ne porte plus que des chaussures rouges ! Et si vous aussi participiez à cette formidable communication collective?

 

 

Pour en savoir plus, la Consigne Énergie-grise dans la presse:

 

L’Impartial (23.01.2016) La lutte anti-gaspi et pour la durabilité relayée à Berne

RTS -Forum (05.02.2016) à écouter ci-dessous:

 

Le Quotidien Jurassien (06.02.16) La Consigne Énergie-grise entre au Palais fédéral

WWF Mag 4-15 (décembre 2015)

La Gruyère (18.02.16) CEG: Passer d’une économie de production à une économie de réparation

L’Essor (01.2016) « Fonce Alphonse! » … Sortons de l’impasse

Le Courrier (29.01.16) CEG: Le Conseil Fédéral va se pencher sur la Consigne Énergie-grise

 

LFM la radio Matinale 1 (25.11.15) à écouter ici:

 

LFM la radio Matinale 2 (25.11.15) à écouter ici:

 

LFM la radio Matinale 3 (25.11.15) à écouter ici:

Dans le canton de Neuchâtel, l’ouvrage En voiture Simone ! a créé le débat et a directement influencé les politiques du Grand Conseil neuchâtelois qui ont introduit dans le calcul de la taxe automobile la part d’énergie grise, sensibilisés par les arguments du petit livre vert.

Revue de presse :

L’énergie grise en voiture avec Simone ! / Blaise Droz in Journal du Jura, 21.09.13

L’énergie grise absente de la nouvelle taxation des véhicules / Patrick di Lenardo in Le Courrier neuchâtelois, 25.09.13

La taxe à la voiture polluante favorise les riches / Ivan Radja in Matin-Dimanche, 29.09.13

La gauche et les Vert’libéraux veulent une taxe auto plus écologique / Claude Grimm in Le Courrier, 30.09.13

L’énergie grise sera prise en compte / Claude Grimm in Le Courrier, 02.10.13

RTN : Interview de Lucien Willeim, 02.10.13

RTS : Couleurs locales, 30.09.13

 

En voiture Simone ! Comprendre l’énergie grise, de Lucien Willemin – Editions G d’Encre – avril 2013 – (ISBN 978-2-940501-22-09)

Jean-Paul Bourdin

Jean-Paul Bourdin

Jean-Paul Bourdin recense les artisans de l’horlogerie du 17e au 20e siècle dans un impressionnant pavé de 700 pages.

Ce passionné de belle horlogerie et d’archives, officier de l’état civil de la Ville du Locle durant 42 ans, a consacré quelque 700 pages pour recenser les « Fabricants et horlogers loclois, marques et branches annexes. Répertoire du XVIIe-XXe siècle ».

Durant des dizaines d’années, Jean-Paul Bourdin a recherché inlassablement des éléments tirés d’archives, de collections privées, de la presse régionale de l’époque, de catalogues, brochures, programmes d’exposition etc. afin de mieux connaître celles et ceux qui ont été les artisans de cette extraordinaire science horlogère aujourd’hui reconnue dans le monde entier.

Comparée à la précédente édition de 2005, cette publication-ci est enrichie de nombreuses données relatives aux personnes et entreprises locloises actives dans l’horlogerie et branches annexes. « Environ un tiers de nouveautés et des centaines d’adresses » , précise l’auteur. Ainsi que quelque 400 images, correspondances, portraits, cartes postales, etc.

Tiré à 750 exemplaires par les éditions G d’Encre, l’ouvrage sera présenté dans de nombreux salons du livre, à Genève, Paris ou encore Bruxelles. On le trouve dès aujourd’hui en librairie.

par Jean-Paul Bourdin, aux éditions G d’Encre, souscriptions jusqu’au 30 juin au prix de 45 fr. à partir du 1er juillet 2012, au prix de 55 fr.

 

L’Impartial, vendredi 30 mars 2012

 

« La Fonda, c’est ma maison »
Ethnographie d’un internat éducatif
Marc-Olivier Gonseth et Denise Wenger

Jeudi 13 décembre 20h15 – Dialogue

au Club 44

Quel rôle un internat d’éducation joue-t-il dans la société d’aujourd’hui pour des adolescents placés en institution ? Ces jeunes y trouvent-ils un endroit approprié pour quitter l’enfance et entrer dans l’âge adulte ? Comment l’institution s’organise-t-elle pour donner les outils nécessaires à la réintégration d’adultes en devenir, parfois déboussolés ? Avec force courage et humilité, la Fondation J. & M. Sandoz a demandé à l’ethnographe Denise Wenger, sous le patronage du Musée d’ethnographie de Neuchâtel, d’analyser les fonctionnements d’une institution qui souffle ses 40 bougies. Le parcours passionnant et touchant des résidents tend, forcément, un miroir à notre société et ses valeurs, en montrant toute la pertinence de l’approche ethnologique.

Ethnologue de formation, Marc-Olivier Gonseth dirige le Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN) depuis le 1er mars 2006. A l’extérieur du MEN, il a notamment coréalisé la première exposition du Musée de la Main à Lausanne (Jeux de mains, 1995-1997) avec Ninian Hubert van Blijenburgh et l’exposition permanente du Musée des moulins souterrains du Col-des-Roches (La grotte retrouvée, 2000-2001) avec Viviane Müller, Orlando Orlandini, Nicolas Yazgi et Jean-Pierre Zaugg. Il vient d’inaugurer avec son équipe une exposition sur l’usage de l’image en anthropologie intitulée Hors-champs ainsi qu’une réflexion sur le thème du musée dans le dernier Blake et Mortimer intitulée Les fantômes des collections.

Denise Wenger est diplômée de l’Institut d’ethnologie de Neuchâtel. Outre son intérêt prononcé pour l’éducation, elle a travaillé dans le champ de l’expographie, notamment au MEN, et dans celui de la mise en valeur d’objets ethnographiques, en particulier polynésiens.

Conférence présentée dans le cadre des 40 ans de la Fondation J. & M. Sandoz (www.lafonda.org) et en collaboration avec la librairie La Méridienne.

Entrée CHF 15.- / AVS, AI, chômeurs CHF 10.- / étudiants CHF 5.-
Membres du Club 44 : entrée libre.

« La Fonda, c’est ma maison » : ethnographie d’un internat éducatif  de Denise Wenger, Fondation J. & M. Sandoz, avec la collaboration du Musée d’ethnographie de Neuchâtel, Editions G d’Encre, Le Locle, 2012, 109 pages, nombreuses illustrations. Fr. 32.–