Journal des Arts et des Métiers – RIEIII

Journal des Arts et des métiers - aperçu

Le 12 février 2017 se votera la Réforme de l’Imposition des Entreprises (RIE III). L’enjeu : adapter la fiscalité suisse, en ce qui concerne l’imposition des grandes multinationales aux normes européennes, tout en conservant l’attractivité suisse.

Car ces entreprises internationales donnent du travail, beaucoup de travail, à de nombreuses PME suisses! On parle de 150’000 emplois concernés dans ces grandes structures, et tout autant dans les PME (source : Journal des Arts et des Métiers). Autant dire que l’enjeu est de TRES grande taille.

Par exemple, Gasser Media est née au Locle en 1947. C’était alors une imprimerie. Depuis, l’entreprise a évolué avec les techniques et les besoins de publications actuels. Cette force d’innovation se doit aussi aux multinationales que Gasser Media compte parmi ses clients.

Ce dynamisme économique génère de l’investissement dans la recherche et le développement, qui permet de rester à la pointe, tant au niveau national qu’international. Très concrètement, cela se traduit par des emplois dans la région !

Pour en savoir plus sur cette thématique cruciale, nous vous invitons à consulter Journal des Arts et des Métiers – RIE III.

 

Votation sur le prix du livre

La votation sur le prix unique du livre suscite de nombreux débats. En tant qu’éditeur, nous suivons avec intérêt tous ces débats et nous sentons pleinement concernés par cette problématique.

Le débat se déplace souvent sur le prix en Euro du livre et sur la différence entre les prix affichés et les prix suisses pratiqués. Mais le sens de cette loi ne se trouve pas là. Même si la loi sur le prix unique du livre peut éventuellement faire baisser les prix pour le public, ce n’est pas son rôle principal à nos yeux, mais plutôt le maintien de la diversité des librairies, et de toute la chaîne du livre.

La loi reconnait que le livre n’est pas un banal produit de consommation. Chaque livre est une création unique, est un vecteur culturel. Déjà en 2005, une convention de l’UNESCO reconnait au livre son caractère culturel et l’affranchit des règles du commerce international.

Cette loi permettra de protéger les libraires en limitant la concurrence entre les petites librairies et les grands magasins. Les libraires sont le lien indispensable entre les éditeurs, les auteurs et le public. Sans librairies spécialisées, difficile d’avoir une vitrine pour un éditeur régional, ou pour un auteur suisse.

Pour maintenir notre patrimoine culturel, et pour continuer de bénéficier d’un vaste choix de points de vente, nous votons OUI à a loi sur le prix du livre.

Plus d’information sur le site du journal Culture en Jeu